- Hide menu

Holga

Français

Il y a quelques années, je rêvais de l’appareil photo idéal dont j’ai finalement fait l’acquisition, un Leica R8, qui sera suivi d’un M6 télémétrique de la même facture.

Entre temps, une amie photographe m’avait montré un Holga, cette étrange boîte à lumière avec un objectif en plastique qui inspire tout sauf la confiance photographique.

L’appareil semble fragile (ce qui est le cas), difficile à régler (voire impossible) et il faut l’entourer de ruban adhésif noir pour éviter que la lumière ne pénètre à l’intérieur une fois que le film a été (non sans peine) chargé.

Après le gaspillage d’une ou deux pellicules, j’ai découvert le plaisir de la photo imprévisible. On dit que le photographe laisse un pourcentage de la photo à l’appareil, que l’œil ne maîtrise pas toujours l’ensemble de l’image, qu’il existe une part de chance dans l’image saisie… Avec le Holga, c’est un jeu de découverte permanent… parfois agaçant, souvent étonnant, quelquefois sublime.

English

A few years ago, I dreamt of an ideal camera which I finally acquired, a Leica R8, followed by an M6.

During that time a photographer friend showed me a Holga, a strange box with a plastic lens that evokes everything aside from photographic confidence.

It’s a fragile looking thing (it is), hard to set (impossible really), and you need to wrap it in black tape to avoid letting light sip inside once the film has been loaded (which isn’t easy either).

After wasting a couple films, I discovered the pleasure of the unsuspected. It is said that a photographer leaves a percentage of of the photo in the machine, that the eye doesn’t always master the whole image, that there is a degree of chance in what is captured… With the Holga it’s a game of constant discovery. Sometimes frustrating, often stunning, a few times sublime.

Comments are closed.